Nouvelle
Coupe Quebec - Espoirs Laval
2012 05 30
Gerry Célestin

Mission: ACCOMPLIE

Pour la première Coupe du Québec Apogée, la Fédération québécoise des sports cyclistes a confié aux Espoirs Laval-Primeau Vélo l'organisation de cette importante compétition provinciale.

Avant d'aller plus loin, rendons un vibrant hommage à l'équipe des bénévoles qui n'ont pas compté leurs heures pour faire de ce rendez-vous un franc succès.

Bien entendu, comme dans toute grande manifestation sportive, nous, les spectateurs, avons seulement été témoin du dernier acte qui consiste à voir, applaudir et s'émerveiller devant les prouesses de ces cyclistes chevronnés.

Toutefois, il faut savoir qu'en coulisse ou si vous préférez derrière les rideaux, loin des «flashs» des caméras et des accolades, Serge Roussel coordonnait avec son armée de bénévoles, l'exigeant travail nécessaire à sécuriser le parcours du routier.

Tous les cônes oranges (pour une fois ce n'était pas ceux à l'entrée du pont Champlain ou de l'échangeur Turcot) et les clôtures métalliques ne furent pas l'œuvre de la baguette magique d'Harry Potter !!

De plus, tel un Maestro donnant la bonne mesure à son orchestre, Serge manœuvrait avec une main de velours toute la logistique que demande la planification d'un tel événement. S'il était nerveux, rien ne paraissait en-dessous de sa casquette. Heureusement pour les visiteurs des 4 coins du Québec, il n'était pas seul en piste.

Sans faire une longue énumération et sans vouloir blesser personne par omission, vous me permettrez de mentionner un ou deux noms.

Dave Rivard, affichant toujours son calme olympien voyait à planifier un critérium de haut calibre avec sa «gang de cols bleus volontaires». En tendant une oreille discrète sous les différentes tentes des délégations, une phrase revenait constamment: «C'est un beau parcours exigeant et sécuritaire» !!

Le dimanche matin, dans la campagne lavalloise, Jean-Luc Racine prenait les bouchées doubles avec sa petite armada de «sans-salaire-souriant» pour faire de ce contre-la-montre une épreuve névralgique de cette compétition.

Du côté des jeux d'adresse, Éric Guilhe veillait sur son équipe de bénévoles pour que les plus jeunes participants aient un parcours, des juges et des chronométreurs dignes d'une étape cruciale d'un Tour professionnel.

Que dire de ce que Lise Vachon et Claudie Bélanger ont réussi dans le «département du protocole». Il n'est pas toujours facile de sortir les résultats rapidement et de remettre les récompenses sans erreurs majeures.

De la première à la dernière médaille, le sourire était toujours au rendez-vous même si le soleil tapait par moment assez fort sur «leur» podium. Certains chanceux ont même eu droit à des câlins affectueux de la part de nos deux hôtesses.

Du côté des commissaires, en écoutant la réunion d'avant course, tout le monde savait que l'équipe de la juge en chef était (bien) préparée à toute éventualité. Les consignes étaient claires et limpides. L'équipe des femmes et des hommes en chemises bleues peuvent également dire: Mission Accomplie.

En terminant sur nos bénévoles, un mot se doit d'être prononcé sur l'animateur maison. Le seul mot qui me vient à l'esprit est: PROFESSIONNALISME !! Monsieur Mark Wayne, vous avez contribué, à votre façon, à faire de ce premier rendez-vous un événement mémorable à la fois pour les jeunes participants et pour les nombreux parents et spectateurs.

Comme le monde du vélo ne semble avoir aucun secret pour vous, l'aisance avec laquelle vous avez animé le programme chargé de la fin de semaine fut des plus bénéfiques pour la compétition des cyclistes. Le timbre de voix était toujours juste et fort à propos.

Encore une fois, avec plus d'une centaine de bénévoles, vous aurez compris que l'idée n'était pas d'établir une liste exhaustive. Le montage photographique des bénévoles en action était pour leur dire: UN GROS MERCI.

Jetons maintenant un bref regard sur le déroulement des différentes épreuves de samedi et dimanche.

En plus de vouloir bien faire comme à tous les rendez-vous de la coupe Apogée, les athlètes en provenance de 7 régions administratives de la province comme Laval, Les Laurentides, le Lac St-Louis, Montréal, la Rive-Sud et le Sud-Ouest, profitaient de cette compétition comme finales régionales pour les catégories minime et cadet en vue des prochains Jeux du Québec qui auront lieu à Shawinigan. Ce qui bien entendu contribuait à rehausser d'un cran la nervosité chez certains participants.

Comme c'est maintenant la tradition à Laval, le routier ouvrait le bal avec évidemment la «petite montée» en pente «douce». Après le premier passage, en voyant le visage des cyclistes, je ne suis pas certain qu'ils trouvaient la montée encore...«douce».

Au signal annonçant le départ du routier pour la catégorie des Pee Wee, Robin Plamondon s’est placé en tête d’un peloton composé de 60 cyclistes qui ne voulaient nullement se laisser intimider par les couleurs locales.

Comme les coureurs n’avaient qu’un seul tour du parcours à franchir, il fallait user de stratégie pour ne pas être déporté en arrière du peloton. Gérant sa course tel un vrai pro du routier, Robin Plamondon s’est remarquablement positionné pour déclencher son attaque fulgurante au bon moment.

C’est ainsi qu’à quelques mètres de la ligne d’arrivée, dans une charge irrésistible, il est venu coiffer sur le fil d’arrivée le coureur de Vélo Mauricie et les deux athlètes du Vélo-Club-Longueuil qui croyaient que la victoire était dans le sac. Ils se méfieront de Robin durant toute la fin de semaine.

Dans le sillage de cette première vague de compétiteurs, Nicolas Rivard et Jean-Christophe Corriveau avaient bien à l’esprit de ne pas perdre de vue les meneurs de la course. Prenant respectivement la 6e et la 11e position, Rivard et Corriveau entreprenaient de belle façon leur première Coupe Québec.

Chez les Pee Wee féminins, Camille Primeau 6e, Mathilde Guilhe La Combe de Villers 9e, et Angélique Prud’Homme 12e, se serviront de cette course pour forger leur tactique de fin de parcours pour la prochaine sortie.

À quelques mètres du drapeau à damier, on voyait le trio rouge se pointer dans un bon corridor. Mais il faut croire que les représentantes des Cuisses d’Or de l’Outaouais, de Myca CC2R et de Tourcom Proco ont su tirer avantage d’un dernier regain d’énergie pour venir souffler les premières positions à nos trois porte-couleurs.

La première épreuve de la saison fait souvent office «d’école» en vue des prochaines étapes du calendrier. Camille, Mathilde et Angélique retiendront la leçon et aucune inquiétude qu’elles mettront en application les devoirs pour faire encore mieux la prochaine fois.

La preuve que le vélo se porte bien un peu partout en province, le peloton des Minimes masculins étaient l’un des plus importants depuis plusieurs années. En effet, tout près de 70 cyclistes composaient ce contingent. Nos 3 premiers Espoirs Laval-Primeau Vélo ont tout tenté pour rester avec le groupe de tête.

Mais déjà, on remarque que les jeunes garçons commencent à vouloir imiter les plus vieux en imposant un rythme endiablé dès le signal du commissaire de course, dans le but évident de scinder le peloton en deux ou trois groupes.

Au terme des deux tours du parcours de 12 km, Julien Cassou 19e, Samuel Lemyre 24e et le très combatif Laurent Provencher 34e n’ont pas à rougir de cette sortie. Ils savent maintenant comment les prochaines étapes se dérouleront. Ils seront bien attentifs pour rester dans le premier tiers.

Élizabeth Rivard et Charlotte Tousignant sont nos deux seules Minimes féminins à prendre le départ pour ce routier exigeant. Bataillant ferme afin de ne pas laisser personne se sauver dès le premier passage, elles ont moulinée avec l’énergie du désespoir pour finir dans le prestigieux «top 10».

Tout en s’échangeant de beaux relais, elles sont parvenues à ne pas se laisser distancer et ainsi, elles ont pu prendre respectivement la 6e place pour Élizabeth et la 8e position pour Charlotte.

Quelques minutes après l'arrivée de la voiture balai, les Cadets masculins se pressaient sur la ligne de départ pour en découdre durant 48 km sous un soleil bien présent.

Parmi les 68 coureurs qui ont répondu à l'appel de cette première manche, plusieurs Espoirs Laval-Primeau Vélo voulaient laisser un bon souvenir aux nombreux spectateurs.

Fin stratège et démontrant une force de caractère comme à ses beaux jours où il dominait dans les petites catégories, Vincent Waddel portant le dossard # 80 a épaté la galerie et probablement lui-même en nous donnant une fin de course qui restera mémorable dans ses souvenirs.

Il fallait entendre la description très colorée de l'animateur au micro et il fallait surtout être présent sur les barrières, pour voir ce puissant athlète sortir du dernier virage à plus de 400 mètres de la ligne d'arrivée, pour surprendre les 2 compétiteurs du Club Cycliste de Lévis dans une charge incroyable.

Le sympathique Félix «Boubou» Boudreau de Vélo Mauricie devait concéder le passage, reconnaissant que Waddel était tout simplement trop fort en ce samedi après midi. Les comparaisons sont toujours boiteuses, surtout à ce niveau de compétition, mais en voyant foncer Vincent tête première bien accroché dans ses «drop», on aurait dit que c'était... Cavendish qui arrivait comme le «train de 5 heures» !!

Christophe Rivard 8e, James Sabourin 15e, Jérémie Désilets-Jacob 16e et Jean-Christophe Racine 17e peuvent être heureux au terme de ce routier disputé à vive allure qui a duré plus d'une heure, dans un décor très enchanteur dans les rues de Laval.

Les Cadets féminins entreprenaient le même tracé exigeant que les garçons. Dès le 2e passage, «l'élastique» commençait à prendre forme, ce qui veut dire que les filles n'entendaient pas faire du tourisme autour du Parc du Moulin.

Il y avait une course et elles semblaient se dire, du moins les meneuses habituelles, qu'il n'y a qu'une seule façon de faire du vélo et c'est de rouler à «tombeau ouvert». Ainsi, les 15 premières cyclistes ont maintenu un rythme infernal afin de mieux se positionner pour entreprendre la dernière ligne droite conduisant au drapeau à damier.

À moins de 250 mètres du «photo-finish», debout sur leurs pédales et le regard fixé droit devant, les 4 premières Espoirs Laval-Primeau Vélo ont fait rugir les pignons et les plateaux afin de terminer en avant des autres concurrentes.

Cependant les autres cyclistes ne s'étaient pas présentées à Laval pour distribuer des cadeaux. Même si Audrey-Anne Blais a littéralement jeté son vélo sur la ligne d'arrivée espérant arracher l'une des 3 premières positions, la caméra témoin a capté sa roue en 4e place. Dafné Théroux-Izquierdo qui n'abandonne jamais, a pris le 8e rang alors qu'Andreanne Brière-Dulude se plaçait 10e et Katherine Thibault terminait en 11e position.

Le dimanche matin, les Bibittes débutaient leur compétition par la maîtrise de leur vélo en s'adonnant au très technique «Jeu d'habileté».

Nos 2 représentants masculins ont très bien fait puisque Émile Doyon terminait son parcours en 5e position suivi par Mathias Gagné en 6e place. Chez les filles, Shella Caumartin a réussi un excellent parcours lui conférant la 3e marche sur le podium. Anne-Julie Bilodeau 5e et Pénéloppe Primeau bouclait son tracé au 7e échelon.

Ce qu'il faut retenir chez nos Bibittes, c'est que durant tout leur parcours, les yeux brillaient de plaisir et le sourire était présent du début à la fin de leur épreuve. C'est tout ce qui compte chez les Bibittes, à savoir du plaisir.

Toujours en ce qui concerne les jeux d'adresse, Mathilde Guilhe La Combe de Villers termina 15e, Camille Primeau 19e et Angélique Prud'Homme compléta ses jeux en 20e position dans la catégorie Pee Wee. Les filles savent maintenant sur quels aspects porteront les prochains entraînements avec les blocs.

Du côté des Pee Wee masculins, Antoine Dalterio grimpa sur la 3e marche en réussissant un chrono à seulement 2 petites secondes de la première position. Jérôme Courtemanche boucla son parcours au 5e échelon. Il sait ce qui lui reste à travailler pour monter un peu plus haut dans le tableau.

Au même moment où les Bibittes et les Pee Wee démontraient leurs habiletés, les Minimes et les Cadets devaient battre le cadran dans un contre-la-montre toujours imprévisible dans un décor bucolique quelque part dans la campagne verdoyante lavalloise.

Si au départ les filles bénéficiaient d'un bon vent dans le dos, malheureusement, le retour se faisait avec un mauvais vent de face. Contrairement à ce qui peut se passer dans un peloton, pour un contre-la-montre, chaque cycliste doit composer toute seule avec les variables environnantes.

Élizabeth Rivard et Charlotte Tousignant ont donné tout ce que leurs jambes pouvaient donner. La température un peu froide du matin a probablement contribué à les «crisper» un peu sur leur engin. Malgré tout, elles ont quand même fini respectivement 8e pour Élizabeth et 13e pour Charlotte.

Les 3 Minimes masculins les plus rapides sont dans l'ordre Nicolas Courtemanche 25e, Julien Cassou 29e et Samuel Lemyre 31e. Chez les garçons, il y a toute une variation dans le gabarit des athlètes qui peut expliquer ce classement. Mais l'expérience de leur premier contre-la-montre sera enrichissante pour le reste de la saison. Ils sont venus et ils ont appris. Heureusement, ils n'ont pas été vaincu.

Les Cadets féminins entreprenaient leur contre-la-montre avec le mercure qui commençait à grimper de quelques degrés. Comme c'est souvent le cas, Dafné Théroux-Izquierdo sortit de la tente du commissaire de départ telle une fusée supersonique au décompte des 5 secondes.

Son retour s'est fait tout aussi rapidement puisqu'elle a réalisé un excellent chrono qui lui conférait la 2e position. Elle aurait sûrement voulu donner deux ou trois coups de pédales plus rapidement pour aller chercher les 8 petites secondes la séparant de la première position.

Bien heureuse de sa performance, Dafné affichait comme toujours son grand sourire en retirant son casque aérodynamique dans l'aire d'arrivée.

Audrey-Anne Blais 8e et Abygail Mac Lean 11e ont été les deux autres Espoirs arrêtant le cadran à moins d'une minute de la première position, ce qui en soit est un beau résultat, compte tenu du facteur vent qui était omniprésent pour le retour.

Les Cadets hommes complétaient cette épreuve dans l'ordre inverse des arrivées du routier. Encore ici, un Espoirs Laval-Primeau Vélo réservait une petite surprise à tout le contingent de pistard. Depuis quelques années maintenant, Guillaume Roussel semble faire du contre-la-montre son épreuve fétiche.

En franchissant les 5.8 km à une vitesse moyenne de 40.8 km/h (s'il roulait à cette vitesse dans une zone scolaire, il mériterait une contravention) Guillaume a établi le record du parcours en arrêtant le chronomètre à 8 minutes et 31 secondes. Aucun des 65 participants n'a pu rouler aussi vite.

À son arrivée, il devait attendre que les derniers participants reviennent de leur parcours pour savoir s'il allait être classé parmi les 5 premiers. Mais les nombreux spectateurs massés le long du parcours avec leur montre, les cellulaires et les chronomètres en main savaient déjà que le temps de Roussel serait difficile à battre. Et ils avaient raison.

Christophe Rivard a connu un excellent départ en faisant rugir sa monture au sortir de la tente du commissaire. Adoptant une position très compacte, il ne s'est pas laissé déporter par le vent qui venait de se lever à l'instant ou il donnait ses premiers coups de pédales. Vidant tout ce que son réservoir comptait de carburant, il a franchi le fil d'arrivée en 6e position. Une autre grande performance de Rivard.

En regardant tous les cyclistes qui ont pris le départ, il y a des athlètes qui possèdent des aptitudes indéniables pour la pratique du vélo de compétition. Edouard Laparé-Morin n'a rien à envier à personne. Il est calme, puissant, méthodique et surtout il sait rouler.

À sa première année chez les Cadets, il démontre un talent qui fut remarqué lors de son passage au niveau Minime. Sa 12e position de ce contre-la-montre confirme hors de tout doute qu'il sera un compétiteur féroce durant toute la saison.

Sans le dire ouvertement, tous les cyclistes attendent avec impatience le dimanche après midi pour jeter leurs dernières forces dans l'épreuve du critérium.

Cette année, le comité organisateur a donné aux participants un tracé comportant tous les ingrédients pour permettre à chaque cycliste de donner leur pleine mesure. D'abord, la ligne de départ fut assez large pour laisser beaucoup de place aux premiers athlètes trônant au sommet du classement.

Les virages demandaient un contrôle et une habileté à rouler à grande vitesse dans un gros peloton. Les lignes droites donnaient la chance aux fuyards de pouvoir s'échapper sans risque de se faire télescoper. Et que dire du large virage amenant les coureurs sur la ligne droite pour voir le drapeau à damier: de toute beauté. Bref, ce fut un parcours de choix.

Le peloton mixte des Bibittes entreprenait leur tour habituel sous les acclamations des parents et des grands-parents. Fait à souligner, les Bibittes ont acquis suffisamment de contrôle et de confiance sur leur vélo pour ne plus vouloir être accompagné par un chaperon durant leur course. Et comme toujours elles/ils ont tous rallié l'arrivée.

Shella Caumartin, toujours aussi énergique, fut la première de sa catégorie à franchir la distance de 1,3 km du Circuit Michelin. Et dans son cas, j'ai l'impression qu'elle a gardé son sourire durant tout le trajet. Quel spectacle !!

Félicitons comme il se doit, Émile Doyon, Jérémy Picard, Samuel Couture, Anne-Julie Bilodeau, Pénéloppe Primeau et bien entendu Mathias Gagné.

Après que les Bibittes eurent «valider» la piste, les Pee Wee femmes entraient en scène. Dès le signal de la course, Camille Primeau s'est élancée au pas de charge pour compléter les 5 tours exigés en 3e position. Angélique Prud'Homme 10e et Mathilde Guilhe La Combe de Villers 11e ont bien terminé le critérium sur ce tracé qu'elle découvrait pour la première fois.

Les Pee Wee masculins n'entendaient pas à rire au signal du départ. Déjà sur la grille, la tension montait d'un cran car il y avait à l'enjeu, non seulement la récompense de remporter la victoire, mais le classement général allait se jouer également.

Robin Plamondon nous a offert du grand cyclisme tout au long des 5 tours. Gardant toujours ses concurrents bien en vue en tournant constamment la tête pour voir où ils se situaient, il a maintenu un rythme à la limite du supportable pour plusieurs cyclistes. Il a pu franchir aisément la ligne d'arrivée confortablement installée en première position.

Jérôme Courtemanche 4e et Nicolas Rivard 5e, ont fait preuve de beaucoup de «fair play» et surtout ils ont fait preuve d'un «travail d'équipe» qu'il faut souligner, en moulinant pour ne pas envoyer le peloton de chasse dans les roues de Robin.

Même si chaque cycliste aimerait grimper au classement d'une course, il faut savoir qu'il est souvent très gratifiant de voir un coéquipier bénéficier du travail de l'équipe. Connaissant Robin, j'imagine sans aucun doute qu'il est allé donner une chaude accolade à Jérôme et Nicolas.

Chez les Minimes, la course devait durer 25 minutes et après seulement le 2e passage, deux cyclistes entendaient faire le critérium en solitaire. Avec une vitesse phénoménale, la cycliste des Cuisses d'Or de l'Outaouais et la compétitrice du Vélo Club de Longueuil ont littéralement fait exploser le peloton.

Malgré la mine que les deux concurrentes venaient de laisser tomber, Élizabeth Rivard 7e et Charlotte Tousignant 11e ont travaillé sans répit afin de diminuer l'écart les séparant des deux fuyardes.

Il faut reconnaître le caractère combatif d'Élizabeth et l'acharnement de Charlotte pour remonter sans cesse dans le sillage des meneuses. Nul doute que lors du prochain critérium, elles seront en mesure de faire exploser leur propre «mine» car le talent est bien présent.

Lorsque les garçons se sont alignés sur la ligne de départ, on voyait bien que le club VCL- André Cycle n'entendait concéder aucun pouce de terrain à d'éventuels prétendants. Malgré la force du nombre en provenance de Longueuil, Nicolas Courtemanche 11e et Julien Cassou 15e ont prouvé que personne ne les intimiderait dans un peloton.

Durant les 25 minutes de leur course, ils se sont maintenus dans la première vague, roulant à vive allure. La prestation offerte par ces deux Minimes laisse présager que dès le prochain critérium, ils seront assurément parmi le quatuor de tête.

Pour le critérium Cadet Féminin, nous avons été témoin d'un grand événement sportif. Il n'est pas exagéré de penser qu'avec un travail d'équipe optimal, les Espoirs Laval-Primeau Vélo pouvaient en toute logique placer facilement 5 athlètes dans le très convoité «top 10» d'un peloton relevé pour ce début de saison.

Fidèle à son habitude coutumière (toute la province se souvient encore de son incroyable parcours en Beauce l'automne dernier) Dafné Théroux-Izquierdo nous a offert un très beau spectacle en tentant de s'échapper durant plusieurs passages.

Si elle avait pu bénéficier ne serait-ce qu'un 5 ou 8 secondes d'avance, elle aurait probablement eu une chance de se sauver définitivement du peloton qui la chassait constamment.

Audrey-Anne Blais et Abygail Mac Clean ont résisté avec pugnacité et ténacité pour essayer de contrôler la meute qui se lançait dans la roue arrière de Dafné. Cependant, avec des coureuses comme Marie-France Thivierge (Indépendant R-P), Mélody Drapeau (Vélo Mauricie) et la talentueuse Mélyssa Fortin (VCL-André Cycle) ce n'était pas évident pour nos deux cyclistes d'imposer leur propre cadence aux différentes attaques successives.

Prenant parfois la relève, Sharlie Caumartin et Sandrine Brière-Dulude ont pris une part très active dans l'action qui se déroulait sous nos yeux émerveillés, en s'échangeant de beaux relais. Toutefois, lors de leurs remontées pour espérer modifier le tempo, les attaques repartaient de plus en plus vite. Le résultat net faisait en sorte que les tentatives de Dafné pour creuser l'écart ne variaient pas plus de deux ou de 3 secondes. Ce qui était insuffisant contre un tel peloton.

Au son de la cloche annonçant le dernier tour de piste, il ne faisait aucun doute que la course allait se jouer au «sprint» final avec un peloton regroupé.

Puisque la ligne d'arrivée permettait d'avoir entre 15 et 20 coureuses de large (excellent pour la sécurité de toutes les arrivées) les têtes d'affiches se battraient à armes égales.

Ainsi, dans un crescendo irrésistible, Audrey-Anne Blais (l'athlète indestructible lors du critérium de Brossard) croisa le fil d'arrivée en 2e position à un rayon de vélo de la première position.

Abygail Mac Clean termina en 4e place, Sharlie Caumartin 11e, Sandrine Brière-Dulude 12e et Dafné Théroux-Izquierdo qui avait probablement «hypothéqué» tout son réservoir de carburant pour se donner une plus grande marge de manœuvre boucla son parcours en 13e position. Tous les spectateurs témoins de la finale était unanime pour remettre le «maillot de la combativité» à Dafné. Les grandes victoires ne se mesurent pas toujours en podium ni en position au classement général d'une épreuve.

En tombée de rideau sur cette première édition de la Coupe Apogée, les Cadets Masculins, avec la performance magistrale du peloton féminin en tête ne voulaient sûrement pas décevoir la foule nombreuse rassemblée aux abords du Circuit Michelin. Et personne ne fut déçue.

À peine 2 minutes venaient de s'écouler après le départ que déjà l'annonceur nous prévenait de l'arrivée de la voiture de tête. Les premiers tours de ce trajet de 1,3 km allaient se disputer à très grande vitesse pour le plaisir des spectateurs.

La parité du peloton a fait en sorte qu'aucun cycliste n'a essayé de s'échapper. Même si certains ont voulu jouer au chat et à la souris, tous les athlètes composant le gros du contingent de tête veillaient au grain.

Lorsque les commissaires ont annoncé les 5 tours fatidiques avant le son de la cloche pour la dernière boucle, les prétendants au titre commençaient à se positionner avant de tirer la dernière salve.

Puisqu'il nous était impossible de voir ce qui se passait de l'autre côté du tracé amenant les cyclistes dans le dernier virage, nous ne savons pas exactement comment les positions prenaient forme avant le jaillissement du peloton.

En écoutant la description de l'annonceur maison, on savait toutefois qu'il y avait quelques maillots rouges qui pointaient dans l'essaim qui allait bientôt surgir devant nous.

À environ 80 mètres de la «zone payante» Guillaume Roussel effectua une manœuvre calculée qui le propulsa de quelques longueurs en avant de tous ses poursuivants. C'était tout ce qu'il avait de besoin pour venir coiffer le peloton de chasse.

Moulinant sur des vapeurs d'essence, Roussel est allé puisé dans ses derniers retranchements pour terminer en tête de ce prestigieux critérium de Laval. À un souffle de Guillaume, Christophe Rivard est arrivé en 6e position.

Dans le même souffle, c'est pour vous dire que ce fut extrêmement serré comme fin de course, Jean-Christophe Racine fut classé en 14e place, Mathieu Célestin au 16e échelon et Jérémie Désilets-Jacob 19e. Tous ces athlètes ont fini dans le même temps que le 2e cycliste qui avait franchi la ligne d'arrivée.

Le rideau venait de tomber sur la première Coupe du Québec Apogée.

Pour l'organisation de cette grande manifestation sportive de la saison, Serge Roussel et son équipe pouvaient finalement s'asseoir deux minutes sur leurs lauriers et se dire: Mission: ACCOMPLIE !!

Gerry


Photos critérium - Par Guillaume Cassou
Photos de la fin de semaine - Par Gerry Celestin
Encore plein de belles photos - Par Eric Guilhe
espoirslaval.ca est une réalisation Logiweb